Quinze ans déjà ! Le 1er février 2009, Michel Desjoyeaux remportait le Vendée Globe après une course épique qui en a surpris plus d’un.  

Vendée Globe, la course reine

Le Vendée Globe, c’est l’une des courses au large les plus prestigieuses et les plus exigeantes du calendrier, mettant au défi les navigateurs de réaliser un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

Véritable épreuve sportive et tactique, le Vendée Globe est aussi une occasion unique de faire avancer les techniques de conception des voiliers et de rechercher la meilleure performance.  

En 2009, Michel Desjoyeaux a marqué l’histoire de la course à la voile en réalisant un parcours historique à bord du désormais légendaire monocoque “Foncia”.

Déjà à la tête d’un palmarès impressionnant qui lui vaut d’être le navigateur le plus titré de la course au large en solitaire, il participe alors à son deuxième Vendée Globe. Après avoir remporté la course mythique lors de sa première participation, qui aurait pu prévoir une nouvelle victoire ? 

Un départ avec presque 2 jours de retard 

30 skippers ont pris le départ aux Sables d’Olonnes ce 9 novembre 2008 à 13h. La météo est épouvantable sur le Golfe de Gascogne et, après 16 heures de course, Michel Desjoyeaux décide de faire demi-tour pour réparer un problème électrique et une fuite sur un ballast. Il repartira finalement des Sables 40 heures après le top départ. 

En tête de course, personne ne se sent menacé. « 650 Miles de retard, on est peinard pour deux mois et demi », se souvient Roland Jourdain. 

Sauf que… dès le 16 décembre, Michel Desjoyeaux prend contre toute attente la tête de la course, devant Roland Jourdain, Jean Le Cam, Vincent Riou et Armel le Cléac’h. Le TOP 10 sur la photo, il l’a dessiné au moment où il a remonté la moitié de la flotte ! Et le zéro a été barré le jour où il a dépassé tous les concurrents.

« Il n’a pas tenu compte des autres, il a fait sa route, il a fait son chemin, il y avait des bateaux autour de lui, mais ça n’a pas changé grand-chose, il est revenu par derrière, il a fait coucou, au revoir », a commenté Jean Le Cam.

La course a vu de nombreux abandons et Michel Desjoyeaux n’a pas été épargné par les problèmes techniques tout au long de son périple. Mais son insolente victoire reste encore un mystère pour la plupart de ses adversaires : il a réalisé un exploit absolument incroyable. 

84 jours, 3 heures, 9 minutes : quel exploit !

La victoire de Michel Desjoyeaux aura été le résultat d’une combinaison impressionnante de compétences en navigation, de résilience face à la malchance et aux conditions météorologiques, sans oublier une stratégie de course impeccable. Deux participations au Vendée Globe, deux victoires, aucun autre marin n’a jamais réussi cet exploit.

Cette victoire restera gravée dans les annales de la course au large comme l’un des exploits les plus mémorables de tous les temps. Michel Desjoyeaux a depuis inspiré de nombreuses générations de navigateurs et demeure un exemple de talent et de passion pour toutes celles et ceux qui aspirent à conquérir les mers. Merci Monsieur le Professeur !